Le fameux crucifix de l’Assemblée nationale

Comme bien des chrétiens québécois le crucifix qui trône sur le mur de l’Assemblée nationale du Québec fait partie de l’un des derniers vestiges importants de la présence du christianisme au Québec. Voilà pourquoi l’idée de le retirer de cette noble chambre me grafigne le cœur comme si on venait de foutre définitivement Jésus-Christ à la porte de nos institutions politiques.

Sèche tes pleurs?

Après avoir soigné mon chagrin quelque temps, une autre idée m’est soudainement apparue : en quoi Jésus-Christ était-il encore le Seigneur de notre Parlement? Est-ce vraiment le retrait de cette croix qui chasse le Seigneur de cette institution? Ne serait-il pas plus juste d’affirmer que Jésus a depuis longtemps été chassé de l’endroit par ceux qui, régnant en ce lieu, n’ont fait de sa volonté aucun cas? Le retrait de la croix de l’Assemblée nationale ne changera rien du tout à la gestion de l’État québécois, cela fait déjà des lustres qu’on ne consulte plus Dieu dans ce pays.

« Il n’est pas ici, il est ressuscité »

En 1989, lors d’un voyage en Israël, on nous a amenés au jardin du tombeau de Jésus. À l’époque, je croyais qu’au moment où j’entrerais dans le saint sépulcre où le Seigneur fut placé après sa mort me permettrait de vivre une expérience spirituelle enrichissante. J’ignore pourquoi j’avais cette attente, mais je me souviens m’être dit que si je pouvais toucher les pierres où Jésus fut enseveli et déposé, ma vie prendrait un tournant spirituellement plus riche. Mais hélas, je suis sorti du tombeau déçu de n’avoir absolument rien ressenti.

À une vingtaine de mètres de là se trouvait un jardin avec des bancs où l’on pouvait se recueillir. Alors que je priais en exposant à Dieu ma déception mon attention fut portée sur un écriteau placé au-dessus de l’entrée du tombeau sur laquelle on pouvait lire « il n’est pas ici, il est ressuscité.[1] » Après avoir lu cette phrase, je me suis mis à rire en moi-même, car je venais de comprendre que mon attente était utopique. Puisque Jésus est ressuscité, ce n’est pas dans ce tombeau que je dois le chercher, mais là où il se trouve depuis que je lui appartiens. Eh oui, Jésus habite mon cœur et ma vie pour toujours. Il est plus près de moi que ne le sont tous les tombeaux et les crucifie du monde.

« Je suis avec vous »

« 18 Alors Jésus s’approcha d’eux et leur parla ainsi : J’ai reçu tout pouvoir dans le ciel et sur la terre : 19 allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit 20 et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit. Et voici : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde.[2] »

Un symbole, sans plus…

La présence du crucifix à l’Assemblée nationale n’a jamais fait en sorte que Jésus-Christ habite plus concrètement cette espace politique. Pour ceux qui jadis ont cru bon de le mettre bien en vue dans cette chambre, ce symbole indiquait qu’ils reconnaissaient à Dieu une certaine suprématie sur l’État qu’ils dirigeaient. Peut-être que ces hommes voyaient dans le crucifie la marque de l’autorité et la crainte qu’ils devaient à Dieu.

Mais aujourd’hui, la très vaste majorité de nos parlementaires sont des humanistes athées qui méprisent le Christ ressuscité. Il suffit de voir l’évolution des choix idéologies sociales qui depuis des décennies ont libéralisé une culture de mort, ayant promulgués des lois qui aujourd’hui jettent notre patrie dans un monde vidé de tous repères moraux. Eh oui, mes amis, les valeurs chrétiennes qui autrefois nourrissaient le cœur de nos ancêtres ne sont plus aujourd’hui que des objets de musée méprisés du plus grand nombre.

Conclusion

On pourra retirer le Christ de toutes les institutions publiques que jamais on ne pourra l’arracher de nos cœurs, là où il a élu résidence pour l’éternité.

Réal Gaudreault (pasteur)

[1] Marc 16 : 6

[2] Mathieu 28 : 18-20

Facebooktwittermail
rss

13 Comments

  1. Vous avez raison Pasteur Réal Jésus Christ est dans nos coeurs, la croix n’est qu’un symbole. Mais je suis déçu que le monde ne crois plus en Christ Jésus. Le seul qui est mort pour nous sauver, je prie que le monde change. Seul le Seigneur peux nous apporter le bonheur.

  2. «…aujourd’hui, la très vaste majorité de nos parlementaires sont des humanistes athées qui méprisent le Christ ressuscité.»
    «La présence du crucifie à l’Assemblée nationale n’a jamais fait en sorte que Jésus-Christ habite plus concrètement cette espace politique»
    Extraits du texte ci-haut
    Si je dois retenir deux réflexions qui sont montées en moi depuis que ce débat a cours, ce sont ces lignes que j’ai extrait de votre propos. D’une part, elles soulèvent la question de notre compréhension de l’Écriture. Peut-on affirmer à la fois qu’un crucifix puisse par lui-même exercer une influence sur les décisions de ceux qui occupent le même espace physique ? Certainement…à condition que ces derniers y accordent une signification, ou encore, que l’objet en temps que symbole fait naître chez celui qui le regarde, un brin de «sens religieux» (ou de peur à une époque ou les autorités religieuses et filiales exerçaient une influence) envers l’autorité qu’elle représente. Faut-il le rappeler, tout homme ou femme (politique ou non) est en tout temps soumis au regard de l’autorité divine. C’est ce que l’Écriture enseigne. En soi, cette notion toute simple, neutralise toute prétention à la nécessité de la présence d’un objet symbolisant le Seigneur et agissant comme « surveillant bienveillant » des gens qui s’y exposent. Donc, quant à «La présence du crucifie à l’Assemblée nationale n’a jamais fait en sorte que Jésus-Christ habite plus concrètement cette espace politique», j’en suis.
    D’autant plus qu’en poussant cette réflexion un cran plus près du véritable enseignement biblique, accorder un pouvoir à un objet ou un rituel terrestre (même symbolique), s’assimilerait à du fétichisme. Nous pratiquons la fraction du pain (un rituel symbolique commandé par Dieu), mais rien ne suggère qu’un chrétien qui ne pratique pas ce rituel (pour quelques raisons que ce soit) soit un moins bon chrétien…Cette pratique, ne lui enlève rien ni ne le met en danger. Il s’agit d’un exercice de mémoire touchant le sacrifice de l’Agneau, et s’il s’y exerce en prière dans son for intérieur, ce sera une source de bénédiction aussi édifiante. Je mentionne pour mémoire, la simple question de la pratique de ce rituel en utilisant du véritable « pain sans levain ainsi que du véritable vin » (connaissant que les importantes campagnes sur l’abstinence qui battait son plein dans certains milieux) a soulevé des passions qui quant à moi, ont été davantage dommageables. «Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat» Jésus
    Le crucifix quant à moi n’enlève ou n’ajoute rien …à ce qui est déjà vide de sens spirituel.

    Bien heureux de vous relire M Gaudreault.
    «J’aime l’Éternel car…» …il inspire vos textes !

  3. Merci pasteur Réal, votre article résume bien mes pensées! Jesus est ressuscité et Il vit en nous. La « religion » n’est jamais loin de nous, c’est pourquoi il est primordial de se nourrir de sa Parole.

  4. (suite et fin: commentaire de Claude)
    «D’une part, elles soulèvent la question de notre compréhension de l’Écriture.»
    …et d’autres part, la réflexion que cela devrait susciter, concerne mes propres comportements en tant que croyant. Avez-vous déjà vu un bâtiment (dont on dit qu’il est un lieu de culte chrétien) qui n’affiche aucun signe extérieur (…comme une croix)? Moi oui ! S’il y a un lieu où nous devrions afficher notre appartenance, c’est bien sur un bâtiment dit «de culte à Jésus-Christ», non !? Personne ne semblait pourtant s’en offenser…
    Et, à bien y penser, à s’insurger devant tout ce brassage au Québec, le projet sur la laïcité devrait bien davantage nous faire appréhender le pire. Saviez-vous que le Ministre Jolin-Barrette qui a déposé ce projet de loi, affirme -et je l’ai entendu à la radio ce matin même- qu’il faut demander aux éventuels nouveaux employés visés par cette loi, de retirer TOUS LEURS SIGNES…incluant la croix accroché à une chainette ! Cela ne suscite-t-il pas votre inquiétude !?
    Alors qu’auparavant on ne visait que les signes dit “ostentatoires” (ex: une croix disproportionnée, la burqa etc)voilà qu’on s’en prend tout azimut, à ce qui représente tous signes religieux. J’estime que cette loi a une portée très grave. c’est une intrusion outrageuse dans l’intimité des personnes. Le choix du Ministre dépasse une limite raisonnable à cet égard. Ce n’est pas tant l’objet, (comme je disais dans mon précédent texte) que l’intrusion dans la vie des citoyens pour lequel je m’insurge. Où s’arrêtera cette oppression physique de tout un chacun ? (pour l’heure, dit-il, il ne fera pas de “fouilles à nu” pour s’assurer que sa loi soit respecter…mais imaginé celui qui postule et qui se fait demander s’il porte un signe…).
    Lorsque de tels sujets reviennent dans l’actualité cela devrait m’inciter à davantage revisiter certains de mes comportements eu égard aux enseignements basiques d’une vie chrétienne réglée. Ne pensons qu’à l’importance d’une saine et vigoureuse vie de prière…(pas en terme de “durée à genoux” mais en terme de la place qu’elle doit occuper dans notre quotidien).
    Frères et sœurs, les évangiles ne rapportent que rarement les protestations (physiquement parlant comme dans le temple)du Seigneur. Il est rarement rapporté qu’il s’en prend aux saducéens (ou autres mouvances de sa société). Il leur répond avec autorité et souvent ils les confrontent verbalement, bien sûr. Jésus et ses disciples ont repris sévèrement plusieurs de leurs détracteurs pharisiens, juifs, grecs etc mais surtout, nous dit l’Écriture, il a invité à utiliser l’arme suprême:nos genoux: «Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance» Éph 6.18
    En particulier en ces temps d’oppression, Jésus nous averti: «Prenez garde, veillez et priez; car vous ne savez quand ce temps viendra.» Math 13

    Que la Croix de Christ reste bien accroché au centre de nos cœurs …et que nos genoux s’usent pour la bonne cause ! Voilà ma prière pour nous tous. Le reste n’est que façade.

  5. Très réaliste pasteur Real. Ça fait bien longtemps qu’ils ont mis Dieu dehors et on en paie le gros prix en tant que société et ça continuera ainsi. Jesus-Christ est dans notre vie, notre coeur jusqu’à ce qu’on soit réunit avec lui. J’appelle ça “The Âge of deception”. Et heureusement, avec tout ce qui arrive présentement sur l’échiquier mondial, on voit bien que nous en sommes près de la fin de cette âge. Toute la gloire, l’amour et notre attention lui soit rendu! Il est le plus important, le plus digne de l’univers.

    Notre société est endoctrinée de toutes sortes de sottises, sottises qui mènent à la mort. Le Christ est la vie.

  6. Merci Pasteur Réal pour votre message lucide de ce monde qui nous entoure.
    Il est certain que la révérence envers Dieu, la soumission à Son autorité ne passe d’aucune manière par l’exposition ou la présence de symboles ou d’objets religieux.

    Les autorités et les personnes qui manifestent que l’Éternel est leur soutien et leur autorité le font par leur obéissance et leur fidélité aux Saintes Écritures (La Sainte Bible). Alors, il n’est pas nécessaire de faire une analyse profonde pour reconnaître que la totalité des peuples et leurs autorités ont depuis longtemps mis de côté La Parole de Dieu pour les conduire dans les choix, les décisions et les lois. Et cela est d’autant plus manifesté dans cette société québécoise, d’humanistes athées ( comme vous le dites ), immorale et qui tend vers une imposition de force à tous pour adhérer à leur idéologie immorale sous une apparence de fausse pudeur et de fausses valeurs qui ne font que mettre en valeur l’idole « MOI ».

  7. Ils ont retiré le crucifix des établissements de soins et maintenant on donne l’euthanasie et faisons des avortements à tour de bras. Ils ont enlevé le crucifix des établissements scolaires et maintenant on apprends au plus petits le plaisir ou déplaisir sexuel. Si le crucifix n’empêche pas le mal il peut tout de même le perturber. Satan n’est plus dérangé maintenant, car le retrait du crucifix lui fait oublier qu’il a déjà perdu ! Attendons-nous au pire pour les années à venir !

Répondre à Jacques Jomphe Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.